Patrick Amiel (EDHEC Master 1996), parole et action d'un entrepreneur confiné

Publié le 24/04/2020
Partager sur :

Tout a commencé avec les applaudissements de 20h, puis avec les bougies au bord de la fenêtre, à 22h, en hommage au personnel soignant. Patrick Amiel (EDHEC Master 1996) est le fondateur et CEO de 321founded, conseiller et investisseur de start-ups dans l’immobilier, le jeu vidéo, l’œnologie ou l’intérim. Son épouse est pharmacienne, et forcément, le quotidien de ce serial-entrepreneur n’est pas comme les autres.

Patrick Amiel émet ses premières craintes face aux activités à l’officine. Il aide son épouse à ouvrir les cartons livrés en l’absence d’une partie du personnel et prend conscience des dysfonctionnements auxquels notre société fait face. Certains clients de la pharmacie se trouvent « en désarroi », du personnel médical confronté à des manques de moyens dans les hôpitaux aux citoyens touchés de près par le coronavirus. Le gouvernement a ensuite fait livrer aux professionnels de santé en quantité insuffisante. Le couperet est sans appel : impossible de fournir des masques à tous. Pendant ce temps, Patrick s’active pour aider sa femme avec les moyens du bord : il trace des lignes jaunes pour espacer les personnes dans la file d’attente à l’extérieur du magasin, et fixe des règles pour l’accueil des clients.

Mais comment aller plus loin ? Patrick a choisi l’action, la vraie ! À coups de tweets, il partage des recommandations de médecins ou recueille les besoins prioritaires de son réseau, qu’il sonde aussi pour avoir une fourchette des victimes du COVID-19 à son échelle.

En plus de livrer des pizzas aux hôpitaux, il lance l’initiative Masks4France avec d’autres entrepreneurs. Une campagne de crowdfunding sur Ulule vise à récolter, par paliers de 30.000€, le nécessaire pour fournir les soignants en masques. Patrick met en place des actions locales, sollicite son réseau professionnel et des célébrités (parmi lesquels Patrick Bruel et Gad Elmaleh). L’humoriste Anne Roumanoff s’associe à la démarche et lui donne la parole le 1er avril sur Europe 1. Le mot d’ordre est de ne plus « bidouiller », afin de procurer des conditions de travail décentes aux héros de la crise sanitaire. Et pour cela, il faut continuer à soutenir financièrement le projet : la première commande a eu lieu le 5 avril (pour une livraison fin avril), mais les besoins ne cessent de se faire sentir.

Les rares moments de détente à la maison se heurtent au quotidien, car les chiffres officiels de récession montrent que l’activité économique doit continuer. « Une minorité d’entreprises ont pris conscience qu’elles doivent et peuvent changer dès aujourd’hui, et lancent des projets innovants en dépit du contexte. Et les circuits décisionnels ont changé : tout est plus rapide et optimisé en ce moment ». Raison de plus de venir en aide aux entrepreneurs en difficulté, qui avec un coup de pouce peuvent transformer une idée en valeur inestimable. Patrick lance l’appel des Vieux Schnocks avec Mickael Cabrol (CEO d’Easyrecrue) et Guillaume-Olivier Doré (CEO de MieuxPlacer.com). À l’issue d’entretiens, les trois matelots expérimentés sélectionneront trois jeunes entrepreneurs pour faire décoller leur business. « Il s’agit d’une posture en temps de crise, au-delà des actes. Cela nourrit le cerveau et la créativité ! », commente Patrick.

Comme les contrats qu’il s’apprêtait à signer avec des grands groupes du CAC40 ont souffert d’ajournements, Patrick s’est demandé comment avoir un impact positif dans son quotidien. Des petites phrases mystérieuses sur son compte Twitter donnent le ton : « Working on a new positive big thing. Live next week… #ChangeNow ». Il partage en outre ses observations de confiné.

Il prend le pouls de son audience sur les commerces de proximité, tout en constatant que deux boulangeries de son quartier ont uni leurs forces, et que la grande distribution et les GAFA pouvaient poursuivre leurs activités au détriment des commerces locaux (fermés pour la plupart).

« J’ai discuté avec pas mal de commerçants, et avec mon associé Romain Ledru-Mathé, on a développé en deux nuits une plateforme en ligne permettant de livrer des commandes en points relais. On a déjà commencé avec une librairie, un fleuriste et un glacier. Et on a l’intention d’élargir le champ pour défendre le maximum de commerces de proximité. Il faut parler aux consommateurs tant qu’il est encore temps ! ». De là est né le site 321quartiers.com.

Patrick n’a donc jamais été autant occupé que depuis la mi-mars.

Il ajoute : « Cette période fait sauter beaucoup de barrières. La dichotomie des comportements en entreprise et dans la vie privée n’ont plus vraiment lieu d’être. Les décisions des entreprises viennent de personnes disposant d’un certain nombre de valeurs qu’elles appliquent dans leur environnement personnel et professionnel ». Si l’ « espace-temps change bel et bien » selon lui, ses efforts déployés se placent à différents niveaux de porosité, irrigués par les notions de durabilité, de solidarité et de territoire.

Patrick finit par raconter : « Quand j'étais à l'EDHEC, j'ai monté une association baptisée EDHAIGLE pour aider les jeunes placés en foyers socio-éducatifs. Jean-Jacques Goldman (EDHEC Master 1973) avait pour la première fois accepté, je crois, de parrainer une association. Depuis, je reste convaincu que "Loin des beaux discours, des grandes théories / À sa tâche, chaque jour, on pouvait dire de lui / Il changeait la vie", pour le citer ». L'hymne du déconfinement ?

 

Du changement dans votre carrière ? Un déménagement ?