François Xavier DESPLANCKE, BBA EDHEC 1992, parrain de la promo EDHEC International BBA Lille 2018

Publié le 05/10/2018
Partager sur :

Ce 5 octobre les étudiants de la promo EDHEC international BBA 2018 recevront leur diplôme des mains de leur parrain François Xavier Desplancke. Diplômé de la 1ère promo du BBA en 1992, François Xavier leur partagera son expérience. Et de la bouteille il en a ! Evian puis PepsiCola, il rejoint Moët Hennessy en 1997 et développe l'enseigne dans de nombreux pays. Il occupe désormais le poste de PDG Moët Hennessy Diageo France.

François Xavier Desplancke avait accepté une interview pour EDHEC Alumni en 2017. Il était alors CEO Moët Hennessy en Russie.
Retour sur une carrière internationale.

Pouvez-vous nous raconter votre parcours ?

Je suis diplômé de la toute première promotion du bachelor EDHEC. Pour mon stage de fin d’études, j’ai préféré travailler comme commercial grande distribution au sein du groupe Danone Evian pour y apprendre le métier de la vente sur le terrain. Ce fut une excellente école pour moi et, après un passage chez PepsiCola, c’est finalement Moët Hennessy qui m’a repéré. L’entreprise m’a d’abord offert un rôle de management en plus de mes responsabilités commerciales puis un jour on m’a proposé de partir en Belgique créer une nouvelle filiale du groupe.

Que faites vous à présent en Russie ?

Je suis CEO de Moët Hennessy Russie (ndlr: il est désormais revenu à Paris), une société de distribution de 180 personnes. Le groupe LVMH croit en la décentralisation et me fait confiance pour prendre les bonnes décisions pour atteindre des objectifs ambitieux sur la région. Mon rôle consiste à vendre bien sûr mais aussi à établir nos marques en Russie sur le long terme et dans le respect de l’héritage de LVMH. C’est un challenge permanent. Dès mon arrivée en 2014, la crise a éclaté dans le pays changeant entièrement la donne. Tous les critères économiques étaient au rouge. J’ai dû rapidement apprendre à gérer les crises, à réagir plus vite et de manière plus agile. Des opportunités se sont alors présentées sur ce marché encore émergent car les russes aiment les marques comme Moët Hennessy.
J’en profite pour souligner que ma formation à l’EDHEC m’a beaucoup aidé. Je me sers encore aujourd’hui de ce que j’ai appris en marketing ou en finance il y a 25 ans !

Quels sont vos plus gros challenges ?

Avant tout un challenge personnel. Adapter la stratégie du groupe dans différents pays n’est possible que si l’on sait soi-même s’adapter à la culture du pays. Il faut être flexible, et apprendre à manager des équipes de cultures différentes.
Chaque découverte d’une nouvelle culture nous enrichit beaucoup personnellement et nous rend plus humble. Ce n’est pas toujours facile mais si vous avez suffisamment d’ouverture d’esprit, vous faites des rencontres très enrichissantes. Ce sont ces challenges qui me motivent le plus aujourd’hui. Je m’ennuierais si ça ne bougeait pas.


Francois Xavier Desplancke

 

Quels conseils faut-il suivre pour réussir à l’international ?

Il faut bien choisir son entreprise : une entreprise qui a l’habitude d’accompagner des carrières internationales, vous cadre et vous aide à vous intégrer. LVMH est un groupe international qui offre de nombreuses opportunités. Chaque année on m’encourage à réaliser un nouveau projet. Vous pouvez bien sûr partir pour créer votre propre boite mais c’est bien plus facile lorsqu’on est accompagné.  
L’entourage familial est important également. J’ai la chance d’avoir auprès de moi une épouse extraordinaire qui accepte de me suivre et m’épaule au quotidien ainsi que deux filles qui se sont merveilleusement adaptées à ces nombreux déplacements. Aujourd’hui elles maitrisent plusieurs langues et ont acquis une grande maturité et une ouverture d’esprit qui vont leur permettre de s’épanouir dans leurs carrières. Pour la petite anecdote, nous avons choisi il y a quelques années d’acheter une maison dans une région que nous aimons beaucoup en France. Après toutes ces mutations, c’est une façon de pouvoir répondre à la question « Et toi tu viens d’où ? ».

Le luxe offre-t-il encore des opportunités de carrière internationale ?

Tout à fait, le luxe se porte bien aujourd’hui. LVMH, qui est le n°1 du secteur, a fait une très bonne année. L’élégance à la française, dans un univers de qualité, de service, de quête de l’excellence est un atout pour les BBA EDHEC. Et si la concurrence est plutôt rude en France, elle l’est un peu moins à l’étranger.
Moët Hennessy recherche régulièrement de jeunes diplômés qui sont prêts à partir loin et à travailler dur. Les qualités recherchées sont la persévérance, la prise de risque et le pragmatisme. Il est cependant impératif de bien maîtriser la langue du pays. Je reçois de nombreux CV d’étudiants qui veulent faire une carrière commerciale mais ne parle pas russe. J’essaie toujours de les rediriger mais je rêverais d’embaucher des étudiants maîtrisant la langue du pays. 

 

Du changement dans votre carrière ? Un déménagement ?