Actualités

Charles Di Giampietro (BBA 2007) vous présente Frenchsunday

Publié le 27/06/2017
Partager sur :

Qui êtes-vous ?

Bonjour, je suis de la promo Bangkok 2007 (à Nice). A l’époque le nom de l’école était encore Espeme d’ailleurs.

Pour ma 3eme année j’ai effectué un échange Erasmus aux Pays-Bas, à la Hogeschool Utrecht. Cela a été une superbe expérience, même si l’année scolaire était très longue là-bas (de mémoire de fin aout à mi-Juin). J’en suis sorti avec un double diplôme : un Bachelor Degree in Business Administration, spécialité Finance. C’est donc tout naturellement que de retour à Nice j’ai pris la spécialisation finance pour la dernière année.

Mon diplôme en poche, je suis parti à Paris faire mon stage de fin d’études chez Natixis, et j’ai postulé à différents Master2. J’ai finalement opté pour le très bon M2 Techniques Financières et Bancaire (TFB) de l’université Panthéon-Assas.

J’ai très vite trouvé un poste en banque de marché, où j’ai occupé différents postes durant 9 ans.

 

Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots comment est né votre projet ?

L’idée d’entreprendre est depuis très longtemps en moi. Je me rappelle avoir adoré des cours de création d’entreprise et des modules de simulation de gestion, aussi bien à Nice qu’aux Pays-Bas.

Après de nombreuses années à travailler en finance de marché, j’avais envie de devenir mon propre patron, de mener mes propres projets, de me rapprocher de quelque chose de plus concret aussi. J’ai trouvé un ami qui partageait les mêmes idées que moi, et je l’ai embarqué dans l’aventure. Nous avons voulu nous attaquer à un marché certes très concurrentiel, mais dans lequel il y a de réelles possibilités de faire sa place.

 

Décrivez-nous votre entreprise ? (produit, marché, cible, équipe, originalité...)

Notre projet était de créer une marque de vêtements pour hommes, entièrement fabriqués en France, en utilisant des matières issues de l’agriculture biologique. Nous pensions que ce serait difficile et… effectivement ça l’a été.

Mais nous avons réussi à trouver de nombreux partenaires avec qui nous avons pu concrétiser notre idée. Et après de nombreux mois de recherches, de voyages à la rencontre des fournisseurs, de prototypes en tout genre, nous voilà maintenant à lancer notre campagne de financement participatif.

Nous avons développé différentes pièces du vestiaire masculin : tee-shirts, sweats, pantalons chino. Nous visons une clientèle de jeunes urbains, soucieux de l’environnement, avec un intérêt pour les vêtements de qualité (toujours avec style). Réaliser notre production entièrement en France augmente nos coûts, mais nous voulions favoriser les circuits courts et profiter du savoir-faire français. Sur chacune de nos créations vous trouverez de petits détails discrets, mais qui donnent toute leur personnalité à la pièce, et qui la rendent unique.

Avant de lancer la partie boutique de notre site internet (www.frenchsunday.fr), nous avons fait appel directement a nos futurs clients en passant par Ulule. C’est la plateforme de financement participatif numéro 1 en Europe, et cela nous permet de financer notre première production en vendant nos vêtements avant de les fabriquer. J’invite d’ailleurs tous les étudiants à aller voir notre projet ici: https://fr.ulule.com/frenchsunday/ , à en parler et si possible à nous soutenir aussi

 

Quel premier bilan tirez-vous de cette aventure entrepreneuriale ?

Un des points les plus importants qui ressort pour l’instant, est qu’il faut établir un planning des choses à faire dès le début de l’aventure, et qu’il faut respecter. Le deuxième point qui ressort est qu’on ne tient jamais le planning prévu. Il faut savoir l’accepter, et pouvoir reconnaître que l’on ne sait pas tout.

Se lancer dans une aventure comme celle-là c’est se lancer dans l’inconnu. Il est très important de bien s’entourer.

 

Avez-vous pu profiter à un moment ou un autre du réseau EDHEC BBA Alumni ?

Non, malheureusement. Pour être honnête je n’ai pas fait la démarche de solliciter le réseau. Nous sommes passés par d’autres chemins pour rencontrer des gens qui pouvaient nous aider dans notre projet. Au fil de ces échanges nous avons fait de nouvelles rencontres, et ainsi de suite.

 

Quels conseils pouvez-vous donner aux jeunes entrepreneurs ?

Comme je le disais précédemment, il faut savoir bien s’entourer. Il faut aussi avoir une vue d’ensemble du projet, pour savoir où aller.

Mais surtout, il faut aller au bout de ses idées, même si cela semble impossible, même si on vous explique que vous ne pourrez pas le faire. Même si vous vous trompez, tant que vous n’essayez pas vous ne saurez jamais si votre idée aurait pu marcher.

 

Quelles sont les prochaines étapes pour FRENCHSUNDAY ?

Il va falloir réussir la campagne de financement participatif. Plus nous aurons de précommandes, plus vite nous pourrons constituer un premier stock, mais aussi nous pourrons continuer le développement de nouvelles pièces.

Nous avons en place notre réseau de fournisseurs, maintenant nous devons augmenter notre visibilité et développer notre communication.

 

Avez-vous des attentes vis à vis de la communauté des Alumni BBA ?

Je souhaite avant tout partager mon expérience avec la communauté Alumni BBA. Le temps me manque souvent, mais je serai ravi d’échanger avec d’autres étudiants sur la création d’entreprise.

Aussi j’invite la communauté Alumni BBA à nous soutenir dans notre projet. Notre site est déjà en ligne, la campagne de financement est sur Ulule, participez à notre aventure Made in France en précommandant nos premiers modèles, parlez-en autour de vous, toute aide sera la bienvenue. Merci

Notre projet sur Ulule: https://fr.ulule.com/frenchsunday/

Facebook: https://www.facebook.com/frenchsunday/

Instagram: https://www.instagram.com/frenchsunday/

Contact: contact@frenchsunday.fr

Du changement dans votre carrière ? Un déménagement ?