Thibault Clemenceau, EDHEC 2014 : 16000 km de fundraising

Publié le 27/03/2019
Partager sur :

Thibault Clemenceau, EDHEC Grande Ecole 2014, entreprend un voyage depuis la France jusqu'au Vietnam... à vélo !

Le but ? Tenter de lever $16,000 USD pour une association qui aide à l'instruction et la formation professionnelle des enfants défavorisés.

 

 

EDHEC ALUMNI : Parle-nous de ton projet. Comment est-il né ? 

Thibault Clemenceau : Ce projet a mûri en moi depuis que je suis petit. Il y a toujours eu plein de vélos à la maison.

Au début, tout petit, la grande aventure c’était d’aller chercher le pain à la boulangerie du village. Puis, ça a été de faire 10km, puis 50km et pourquoi finalement pas 100km ? En 2014, entre mon année de Césure et mon échange à Taiwan, nous avons fait une magnifique randonnée de 4,000km avec mon frère en passant par les Alpes. Ce fut tellement génial qu’un grand voyage d’un an est devenu un objectif de vie !

Une fois au Vietnam en 2015 pour un VIE chez Saint-Gobain, j’ai rencontré ma femme, Khanh Nguyen (Léa), à qui j’ai proposé avant notre mariage de m’accompagner. Elle a dit "oui" tout de suite !

En 4 ans au Vietnam, nous nous sommes toujours beaucoup investis dans les milieux associatifs et caritatifs et en particulier avec l’association Poussières de Vie. Cette super association scolarise et forme des enfants de milieux défavorisés. Lorsque nous rencontrions les enfants, nous leur répétions souvent qu’être sérieux à l’école c’était une grande opportunité de pouvoir suivre ses rêves par la suite.

C’est pourquoi notre grand périple, notre rêve, se devait d’être sous le signe de l’éducation avec notamment cette collecte de fonds pour Poussières de Vie (1$ USD pour 1km).

Pour information : « Non La » en vietnamien est le terme utilisé pour les chapeaux coniques que l’on peut voir partout au Vietnam ! Avec Khanh Nguyen, nous en porterons un sur nos vélos durant tout notre périple.

 

 

 

EA : Qu’est-ce qui vous motive, ta femme et toi, dans cette aventure ? 

TC : Déjà l’appel du grand air : voyager en-dehors des villes et des grandes routes, dormir sous la tente dans les bois ou près d’une rivière, vivre simplement et de peu. Une citation de Lucrèce (De Natura Rerum) me revient très souvent en tête :

«Las que nous sommes du spectacle du ciel, nous ne daignons plus lever les yeux vers ces temples de lumières.»

Dans les grandes villes avec nos emplois du temps et nos smartphones, nos weekends à Londres ou à Rome, nous oublions vite l’essentiel et notre lien si fort avec la nature. Une nuit sous la tente avec un ciel rempli d’étoiles nous rappelle à notre condition première et est source chez moi d’un sentiment d’exister inégalable.

Et puis bien sûr les rencontres sur la route : rencontrer de nouvelles cultures, avoir la chance d’être invités à partager un dîner ou à dormir chez l’habitant. Nous avons hâte en particulier de découvrir l’Iran. Son hospitalité et la bienveillance de ses habitants semblent incroyables !

 

EA : En quoi ton expérience à l’EDHEC ou avec le réseau des diplômés t’a aidé dans la réalisation de ce projet ? 

TC : L’EDHEC m’a aidé à avoir confiance en moi et de voir en grand ! Après de très belles expérience en césure (à Singapour) et en échange (à Taiwan) j’ai développé cet attrait indéfectible pour l’Asie du Sud Est. Finir notre périple dans cette région est une grande source de motivation !

J’ai eu le grand soutien de tout le réseau EDHEC Alumni Vietnam et en particulier de Jeremy Odoux (Ambassadeur du Club EDHEC Alumni Vietnam). La recherche de sponsors a été grandement facilitée grâce à eux et leur réseau. Je souhaitais encore vivement les remercier.

 

EA : As-tu des conseils à donner aux EDHEC souhaitant entreprendre un projet international eux aussi ?

TC : Ne vous imposez au départ pas de limite. Si un projet, même très ambitieux, vous tient vraiment à cœur et que vous l’avez chevillé au corps, vous trouverez toujours les moyens et la motivation de le réaliser.

Votre ambition, votre confiance en vous et dans votre projet seront communicatifs  et sauront convaincre vos interlocuteurs, même les plus coriaces !

Soyez humble et prenez un maximum de conseils, en particulier de ceux qui ont eu ce type d’expérience auparavant. Soyez une éponge. J’ai par exemples reçu des conseils décisifs pour notre projet vélo grâce à des passionnés que j’ai contacté directement avec ma petite liste de question et en n’essayant pas de leur prouver que j’étais plus expérimenté que je ne l’étais. Soyez une humble éponge !

 

EA : Quelles sont les prochaines étapes ? As-tu des attentes vis-à-vis de la communauté des diplômés de l'EDHEC ? (levée de fond, recherche de collaborateurs, de partenaires, de conseils, etc.) 

Le grand départ est pour nous le 16 avril 2019 ! Nous envisageons de finir notre périple 10 mois après.

Nous comptons sur le grand soutien de la communauté des diplômés de l'EDHEC, non seulement sur les réseaux sociaux (Facebook/Instagram) mais aussi dans les pays que nous allons traverser. Nous serions très heureux de pouvoir rencontrer des Club Edhec Alumni pour partager notre expérience ! 

Nous recherchons également d’éventuels sponsors (autre que équipement/vélos, que nous avons déjà) qui souhaiteraient s’associer à notre grande aventure !

Et enfin, nous comptons sur la générosité de la communauté des diplômés de l'EDHEC pour nous aider a réunir la somme de 16,000$ USD dont 100% seront reversés à l’association Poussières de Vie. L’association grandit avec la construction d’une nouvelle école et elle a besoin de notre aide !

http://poussieresdevie.org/nonlaproject/

 

Plus d’informations sur ton projet (réseaux sociaux, site…) 

Notre site internet (en français, anglais, vietnamien) : https://www.nonlaproject.com/

Notre page Facebook : https://www.facebook.com/nonlaproject/

Notre page Instagram : https://www.instagram.com/nonlaproject/

Du changement dans votre carrière ? Un déménagement ?