Découvrez Scale créée par Edouard DE DREUZY (EDHEC GRANDE ECOLE, 1998)

Publié le 05/12/2018
Partager sur :

Edouard DE DREUZY (EDHEC GRANDE ECOLE, 1998) a cofondé Scale, société basée à Bayonne qui développe un nouveau matériau avec de l'écaille de poisson.

Scale conçoit et produit des matériaux et objets éco-sourcés et compostable, en substitution aux plastiques à base de pétrole. Ainsi, nous avons mis au point la SCALITE, un matériau conçu à base d’écailles de poissons, un déchet de la filière pêche, dans un nouveau cycle de l’économie circulaire. Les applications de la SCALITE sont multiples - objet de consommation courante, objets de design, composite, packaging, etc...

 

 

Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots comment est né votre entreprise ? (équipe, origine et originalité du projet)

Lors de ses études au Royal College of Art (Product design) à Londres, mon associé Erik de Laurens a cherché des façons de produire des matériaux plastiques de manière locale et durable. Inspiré par l’industrie agroalimentaire, Erik a inventé une matière exclusivement constituée d’écailles de poissons, sans aucun additif.

Erik a baptisé ce matériau SCALITE, contraction du mot “scale” (écaille en anglais) et du suffixe “lite” souvent utilisé pour désigner les premiers plastiques (lithos = pierre en grec). Issue d’une matière première abondante, la SCALITE peut être façonnée partout dans le monde. Les écailles de poissons​deviennent une ressource, s’inscrivant dans un nouveau cycle de l’économie circulaire.

Convaincu par la promesse forte de ce matériau inédit, je me suis associé à Erik pour le développement et la valorisation de ce matériau issu de la mer.

Dans un premier temps, nous souhaitons éditer des montures de lunettes en SCALITE pour démontrer les atouts de ce matériau, et le faire connaître.

Quel premier bilan tirez-vous de cette aventure entrepreneuriale ?

Depuis 18 mois, nous avons mis en place l’approvisionnement des écailles brutes et nous avons défini un procédé de transformation en plaques. L’accueil de l’ensemble de la filière pêche est très bon dans toutes les régions côtières. Le développement d’un nouveau matériau ne suit pas une progression linéaire, ou aussi rapide qu’un modèle de start-up dans les technologies par exemple. Le rythme des phases de recherche plutôt lent alterne avec des périodes où tout semble enfin s’accélérer.

Objets du quotidien, mobilier, luminaire, packaging, design... de nombreuses applications peuvent être envisagées avec la SCALITE.

Avez-vous pu profiter à un moment ou un autre du réseau des diplômés de l’EDHEC ?

Nous n’avons pas encore su en profiter mais serons heureux de pouvoir le faire.

Quels conseils pouvez-vous donner aux nouveaux entrepreneurs ?

Soyez d’abord endurant. Assurer dans le même temps son propre revenu est essentiel pour éviter une disparition prématurée de son projet.

Quelles sont les prochaines étapes pour votre entreprise ?

Nous visons une première levée de fonds format “love money” au premier trimestre 2019. L’objectif est de financer un premier outil de production et le développement d’un prototype de monture de lunette, avant la mise sur le marché.

Avez-vous des attentes vis à vis de la communauté des diplômés de l'EDHEC ? (levée de fond, recherche de collaborateurs, de partenaires, de conseils, etc)

A ce stade, nous sommes à l’écoute de ceux qui ont su développer une entreprise intégrant un outil de production. Des discussions avec de potentiels business angels sensibles aux sujets de l’économie circulaire nous intéressent également bien sur !

Plus d’informations : 

Site : ​www.scale.vision

Twitter : ​https://twitter.com/ScaleInside

Instagram : ​https://www.instagram.com/scale_ent/

Du changement dans votre carrière ? Un déménagement ?