Planification et flexibilité : paradoxe des temps digitaux ?

Publié le 18/10/2018
Partager sur :

Jean-Louis Raynaud, directeur des programmes de formation pour dirigeants à l’EDHEC intervenait ce lundi 15 octobre 2018 dans courriercadres.com pour parler des changements à envisager pour faire évoluer son entreprise dans un monde en constante transformation digitale.
Article de Fabien Soyez

Les entreprises se livrent chaque année au rite de l’établissement des budgets. Dans le même temps, les dirigeants veulent préparer leurs organisations aux transformations digitales. Il y a là un paradoxe étonnant, à cultiver le rite des chiffres budgétés qui se figent dans l’Excel et dans le même temps prôner l’agilité. Par Jean-Louis Raynaud, directeur des programmes de formation pour dirigeants à l’EDHEC Executive Education.

Depuis des décennies, les entreprises moyennes ou grandes se livrent chaque année au rite de l’établissement des budgets ; chaque manager se remet à l’ouvrage pour faire entrer ses objectifs chiffrés dans les tableaux Excel pré-remplis par la Direction Générale ou la Direction Administrative et Financière. Puis, se déroule les traditionnelles revues budgétaires où chacun vient défendre ses chiffres [...]
Dans le même temps, les dirigeants expliquent à longueur de réunions et d’interviews que les transformations digitales sont inéluctables et qu’il faut préparer l’organisation à ces changements. Il y a là un paradoxe étonnant, à cultiver le rite des chiffres budgétés qui se figent dans l’Excel et dans le même temps prôner la flexibilité ou l’agilité de l’organisation. Il est temps de passer à un autre exercice : prévoir les chiffres mais aussi savoir les moduler selon des hypothèses de changement. En d’autres termes, faire ce que les militaires font depuis bien longtemps : de la planification et de la conduite. Une planification qui n’est pas faite que de chiffres Cette planification étudie, le contexte et les enjeux et imagine les modes d’actions. Ensuite, elle les classent en fonction des actions prévisibles de l’adversaire. L’objectif est de chercher les « centres de gravité », c’est à dire les points forts et cruciaux de l’autre, afin de savoir comment trouver ses vulnérabilités critiques. Ceci afin de les atteindre pour le toucher durement avec des scénarii d’actions et d’affectation de ressources. En un mot cette planification n’est pas faite que de chiffres ; elle construit un système d’actions modulaire en fonction des événements possibles futurs.

Lire la suite sur courriercadres.com

Du changement dans votre carrière ? Un déménagement ?